Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est consacré à la beauté des pieds féminins. Des récits inventés par moi même accompagneront des photos de ma création. Si vous aimez ce blog n'hésitez pas à le partager et à laisser des commentaires.Je suis à la recherche permanente de modèle pour des photos sur Paris. Merci de me contacter si vous seriez éventuellement intéressées.

25 Jun

Une fête du jour de l'an

Publié par Sandro Nino

Une fête du jour de l'an
Une fête du jour de l'an
Une fête du jour de l'an
Une fête du jour de l'an
Une fête du jour de l'an
Une fête du jour de l'an

C’était il y a quelques années, nous étions une bande de copains et copines réunis dans une ferme retapée en Bretagne, pour y faire la fête lors d’un weekend prolongé du jour de l’an. Minuit passé depuis deux bonnes heures la fête battait son plein. Un bon feu de cheminée, musiques et danses endiablées, alcool coulant à flots, je remarquais bientôt une fille que je ne connaissais pas vautrée sur un canapé, qui avait l’air complètement saoul. Je décidais avec un copain d’aller l’allonger dans une des chambres à l’étage du dessus. Tant bien que mal, chacun un bras sur nos épaules nous l’installâmes sur un lit. Mon copain sortit et me laissa seul dans la pièce avec la jeune fille. Elle était assez jolie, une petite brune, cheveux coupés courts, une jolie bouche sensuelle. Elle portait un jean serré, un chemisier de satin beige, des escarpins en cuir assortis. Je décidais de l’a couvrir d’une couverture afin qu’elle n’attrape pas froid durant la nuit, puis l’idée m’est venue de lui retirer ses chaussures…

Ses escarpins laissait apercevoir la naissance des ses orteils. Très vite une excitation commençait à monter en moi. J’étais seul dans cette chambre avec cette jolie fille qui dormait, ses pieds était à ma portée immédiate, et j’avais vraiment très envie de les découvrir. Je dressais l’oreille, en bas le brouhaha de la fête continuait. Tout doucement de lui défis les lanières de ses escarpins et l’a déchaussais en douceur. Elle gesticula un peu en marmonnant des paroles inintelligibles, puis se rendormit aussitôt en se couchant sur le côté. Je découvris alors de superbes pieds recouverts de collants chair foncé, très fins, laissant apparaître de magnifiques orteils bien dessinés ornés d’un vernis rouge vif. Ce qui m’étonnais d’ailleurs car à cette période de l’année, rares sont les femmes qui prennent le soin de vernir leur orteils. Tout était parfait, la peau semblait très douce et de profil ses pieds avaient une courbe élégante et raffinée. Mon excitation montait de plus en plus et une forte érection tendait la toile de mon jean. Je ne pus résister plus longtemps et tout doucement j’approchais mes narines de ses pieds. A quinze centimètres de distance environ je perçu une divine odeur de nylon chauffés par les danses de la soirée, dans ses chaussures qui était loin d’être neuves vu les marques laissées à l’intérieur. Je plongeais mon nez à l’intérieur de ce cuir chaud et odorant à souhait, c’était l’extase. Puis je passais un bon quart d’heure a lui renifler avidement ses petons en passant de l’un à l’autre, en reculant puis en approchant mes narines. L’odeur diminuait lorsque je me reculais et amplifias lorsque je m’approchais. Elle variait aussi, c’était comme une partition musicale, mais cette partition était composée d’odeurs différentes à partir du moment ou je sentais le dessous de ses orteils, le flanc de ses pieds, ou ses talons. Ces différentes odeurs étaient assez fortes mais agréables. J’aurais tellement aimé pouvoir lui retirer ses collants afin de voir ses pieds nus, et lui lécher doucement. Bientôt je posais délicatement ma langue sur un de ses talons, et des picotements salés très caractéristiques de la transpiration envahirent mes pastilles gustatives. Je caressais mon sexe à travers la toile de mon jean et ce qui devait arriver arriva, je jouissais en ravalant des cris de plaisirs.

Elle dormait toujours à poings fermés. Bientôt je sortis de la chambre en passant par la salle de bain d’à côté pour une séance nettoyage, et je rejoignis les autres invités comme si de rien n’était.

Vers cinq heure du matin nous allâmes tous nous coucher, qui sur les canapés, qui dans les chambres. Le lendemain matin je revis cette fille qui s’appelait Laura. Elle avait une sacrée gueule de bois, et bien évidemment elle ignorait tout ce qui s’était passé dans cette chambre du premier étage.

Vers quinze heures après avoir fini les restes des victuailles de la veille, nous nous séparâmes. Laura se fit accompagner à la gare par une de ses amies, et moi je repris ma vieille Opel pour rejoindre la capitale avec trois amis.

Je sais ce n’est pas bien de profiter ainsi d’une femme saoule qui cuve son vin pour se donner du plaisir, car dans l’histoire il n’y a aucun partage. Mais pouvais-je rater une si belle occasion en tant que fétichiste depuis ma plus tendre enfance ? Qu’auriez vous fait à ma place ?

Commenter cet article

À propos

Ce blog est consacré à la beauté des pieds féminins. Des récits inventés par moi même accompagneront des photos de ma création. Si vous aimez ce blog n'hésitez pas à le partager et à laisser des commentaires.Je suis à la recherche permanente de modèle pour des photos sur Paris. Merci de me contacter si vous seriez éventuellement intéressées.